Capital: Conakry

Official Language: Française

Population: 11.75million

Chefs militaires forts ont dirigé la Guinée depuis l’indépendance en 1958, en commençant par la dictature d’un parti qui a une économie socialisée fermé, supprimé la liberté d’expression et l’opposition politique, et a agi perpétrées violations parrainés par l’État des droits humains en toute impunité. Bien que la Guinée a évité la guerre civile, il a toujours été instable. Les régimes militaires de Lansana Conté et Dadis Camara massacré des civils en 2007 et 2009, la dernière d’une histoire de violations des droits et libertés garantis par la Constitution. Les victimes ont largement restée sans compensation, et les auteurs sont restés impunis. Compte tenu de son statut relativement sans conflit dans la région du fleuve Mano volatile, la Guinée a accueilli des milliers de réfugiés fuyant les conflits armés en Sierra Leone et au Libéria, un impact sur la paix et la stabilité.

La mauvaise gestion des ressources naturelles de la Guinée – qui comprennent la bauxite, or, minerai de fer, l’uranium, les diamants, le café, le poisson, l’hydroélectricité et les produits agricoles – a apporté quelques avantages à Guinéens ordinaires. La gouvernance économique du pays souffre de la corruption endémique, l’absence de structures de gestion et un manque général de capacités. Transparency International a classé parmi les pays Guinée où le niveau de corruption est le plus élevé. Violations des droits de l’homme et la censure sont endémiques.

La Guinée a maintenant eu une transition, juste après avoir tenu ses élections les plus transparentes et pacifiques à ce jour. Il ya un regain d’optimisme que le retour à la gouvernance démocratique peut inverser la tendance de l’impunité parrainé par l’État. Des défis cruciaux pour le nouveau gouvernement comprennent la consolidation de la paix, instaurer l’État de droit et le renforcement des capacités des institutions démocratiques pour effectuer efficacement leurs rôles.

En outre, le pays a besoin de développer des mécanismes pour améliorer la relation ténue entre l’armée et les citoyens et de tenir les militaires responsables de transgressions contre la population civile. Les forces de sécurité en Guinée torturent systématiquement, l’agression et le meurtre parfois les gens dans le cadre d’une culture bien ancrée de l’impunité. De traduire en justice ceux qui portent la plus grande responsabilité pour les atrocités se donner une impulsion aux efforts visant à renforcer la responsabilité, protéger les civils et jeter les bases d’une paix durable fondée sur la primauté du droit.

Ayant obtenu une transition démocratique pacifique en Guinée, OSIWA a appuyé les efforts visant à:

  • Favoriser la participation active des citoyens, inclusif et efficace et;
  • Avancer un processus constitutionnel et électoral consensuel et participatif.

Ce travail est mis en œuvre par une coalition de cinq organisations de la société civile, y compris les groupes de femmes, les associations de jeunes, les syndicats et les professionnels des médias.

Objectif principal d’OSIWA en Guinée est de briser le cycle de la violence et de l’impunité pour accroître l’accès à la justice et une gouvernance responsable.

Ses interventions stratégiques seront donc axées sur:

  • Renforcer l’état de droit, l’impunité de vérifier, améliorer l’accès à la justice et promouvoir le respect des droits de l’homme;
  • La promotion du pluralisme démocratique et l’acceptation des cadres démocratiques;
  • Renforcement des institutions démocratiques, y compris les organisations de la société civile, et l’autonomisation des citoyens pour la participation du public à effectuer des contrôles et de contrepoids;
  • Assurer une gestion durable des ressources, lutte contre la corruption et promouvoir la transparence du budget national.
  • Mettant à profit les capacités, les compétences et les ressources des programmes de réseau OSI travaillant dans les domaines de la justice transitionnelle, la santé publique et de l’éducation pour soutenir les efforts de la Guinée vers la réconciliation et la reconstruction.

OSIWA appuiera les initiatives à:

  • Renforcer la participation des citoyens;
  • Renforcer les capacités des acteurs à s’engager dans les processus de prise de décision, la formulation des politiques et la mise en œuvre de la politique.
  • (Au niveau national) renforcer la capacité des organisations de la société civile de s’engager avec le Parlement.
  • Capitaliser sur la législation visant à décentraliser la gouvernance existante.
  • Créer des canaux et les conditions pour les citoyens d’exercer leur voix et exiger des comptes et sur l’amélioration de la capacité de planification stratégique des organisations de la société civile à travers un processus de prise de décision intégrée et participative.
  • Promouvoir la participation des citoyens aux processus régissant l’exploration et l’exploitation des ressources naturelles ainsi que la distribution de leurs produits.
  • Promouvoir la transparence du budget, par exemple, et de chercher à tenir les fonctionnaires responsables en facilitant la budgétisation participative et de surveillance pour améliorer le développement socio-économique et réduire la pauvreté.
  • Explorer les possibilités de construire un parlement plus robuste.
  • Créer une plate-forme pour l’échange entre le parlement et la société civile, afin de promouvoir le respect des institutions et des processus démocratiques par l’armée et de cultiver une relation plus harmonieuse entre les civils et les militaires.
  • Appuyer les efforts des OSC droits de l’homme d’invoquer les lois internationales et régionales des droits humains de demander des comptes et de dissuader de futures violations.
  • Promouvoir l’utilisation des mécanismes de justice transitionnelle.

Restez connectés

Latest Tweets

Derniers Tweets

Facebook Timeline

Chronologie Facebook

Osiwa Blog (OB)

Blog OSIWA