Aux côtés du Sénégal

Avant-propos

Au fil du temps, La Fondation OSIWA a le plus souvent communiqué sur ses interventions en collaboration avec les organisations de la société civile. Cette publication vient réparer ce déséquilibre en présentant un pan important de nos interventions en collaboration avec les Institutions étatiques.« Aux Côtés du Sénégal » présente, essentiellement, des initiatives que nous avons menées depuis quelques années en collaboration avec des institutions étatiques. Il s’agit particulièrement du travail d’accompagnement au renforcement du secteur de la Justice et de l’Etat de droit, de la délivrance de services publics de qualité (éducation et santé), de l’appui aux efforts de promotion de la bonne gouvernance et de la lutte contre la corruption, mais aussi du renforcement du développement local et de la lutte contre la pauvreté.

La fondation OSIWA a très tôt adopté une démarche consistant à ériger les Etats des pays où elle intervient en des partenaires de premier plan pour atteindre les objectifs qu’elle s’est fixée. Mis en lumière dans cette brochure, l’engagement direct d’OSIWA auprès des institutions gouvernementales a le potentiel de favoriser une utilisation plus efficace des ressources et de rationaliser les processus de mise en oeuvre. Nous estimons que les gouvernements de la sous-région doivent être considérés comme des partenaires clés nécessaires pour parvenir à des sociétés ouvertes. Comme le montre notre travail au Sénégal, les autorités gouvernementales sont des alliés essentiels dans cette quête élusive. Notre solide collaboration avec le gouvernement du Sénégal a permis de mettre en oeuvre avec succès des initiatives concernant le renforcement du système électoral, la réforme de la justice pénale, l’accès à la justice, l’amélioration de la performance des organes de contrôle et la participation citoyenne dans les affaires locales.

Les institutions gouvernementales sont souvent perçues dans le cercle des fondations et autres bailleurs de fonds comme dénuées d’agents vecteurs de changement. Une conception que je réfute totalement. Négliger les institutions et les personnes qui croient sincèrement au concept de société ouverte est à notre détriment, parce qu’occultant des partenariats qui peuvent s’avérer mutuellement bénéfiques. Notre partenariat avec bon nombre d’institutions étatiques de Sénégal en atteste. Le cas du Ministère de la Justice dans le cadre de la mise en oeuvre du projet des Maisons de Justice au Sénégal est un excellent exemple de collaboration réussie. Le ministère de la justice a consulté OSIWA à chaque étape de la mise en oeuvre du programme, veillant particulièrement à la transparence et à la responsabilité réciproque. Ces Maisons de Justice qui offrent des services de médiation et de conseils juridiques aux groupes vulnérables, sont un formidable exemple qu’OSIWA a le coeur de proposer comme modèle au reste de la famille Open Society.

Il n’y a, toutefois, pas de collaboration sans défis. Ceux-ci peuvent être à la fois relatifs au fond et à la forme. Pour exemple, les procédures typiques aux services publics peuvent ne pas toujours être compatibles avec les objectifs d’OSIWA et d’institutions similaires. Toutefois, ces obstacles ne sont pas insurmontables. D’autant plus que dans la plupart des cas, nos objectifs sont conformes à ceux des gouvernements, en particulier autour d’initiatives mutuellement acceptées, comme les Objectifs de développement durable (Odd).

Comparée à d’autres régions, l’Afrique de l’Ouest fait montre d’un véritable engagement en ce qui concerne la participation citoyenne et la reddition des comptes. Cette attitude progressiste, ainsi que les progrès de la CEDEAO, viennent enrichir les occasions de collaboration avec les autorités gouvernementales et de promouvoir des sociétés ouvertes.

Abdul Tejan-Cole
Directeur Exécutif d’OSIWA

Consulter la brochure


Categories: Publications, Rapports